communaute-renouveau-fcgb

communaute-renouveau-fcgb

Hommage à Monsieur Claude BEZ - samedi 7 février 11H - cimetière Bordeaux Nord (111 avenue Jean Jaurès 33520 Bruges)

COMMUNIQUE------COMMUNIQUE-------COMMUNIQUE-------COMMUNIQUE--------COMMUNIQUE-------COMMUNIQUE--

 

Je vous donne rendez-vous ce SAMEDI 7 FEVRIER à 11H au cimetière de Bordeaux Nord ( 111 Avenue Jean Jaurès, 33520 Bruges ). Je serais aux côtés de Thibaud DESJARDINS, Vice-président de l'association « Les Amis de Claude Bez » ( https://www.facebook.com/lesamisdeclaudebez ), pour rendre hommage à la mémoire de l'emblématique Président des Girondins. Vous êtes tous les bienvenus.

 

Aussi je vous invite à participer avec moi au financement du film actuellement en préparation sur la vie de Monsieur Claude BEZ, à l'adresse suivante : //fr.ulule.com/13eme-homme/

Réalisé par Messieurs Laurent PEDEBERNARD et Laurent TOURNEBISE, ce film sera télédiffusé et fera l'objet d'un DVD, courant 2015.

 

__________________________________________________

 

( Chers ami(e)s supporters, )

 

Mardi 26 janvier 1999...

 

Il est des jours dont on se souvient et que l'histoire elle-même ne peut oublier.

 

Il est aussi des hommes dont la vie est si intense et peu commune qu'elle se confond avec leur prestige, ou leur infamie. Au point que la simple évocation de leur nom suffit à faire resurgir des émotions oubliées qui nous reviennent soudain en mémoire.

 

Ainsi, parmi la vaste communauté des supporters des Girondins, de toutes générations, il est un homme dont le nom seul suffit à attiser le feu des passions, réveiller les sentiments de fierté, d'ambition et libérer les volontés de conquêtes.

 

Notez bien, il ne s'agit pas ici de nier qu'une part d'ombre habite encore aujourd'hui son souvenir et je ne prétends pas que tout dans sa conduite fut irréprochable.

 

Mais je dis qu'il fut bien commode en leur temps, et lâche au combien, pour beaucoup de doigts accusateurs de le désigner comme unique fautif. Selon eux non seulement responsable, mais aussi coupable.

En homme de parole et d'honneur, il endossa le poids de ses responsabilités, et certainement bien davantage.

Il paya donc seul le prix de son ambition et de son amour démesuré pour le club au scapulaire. Là où d'autres que lui - dont un fameux notable aujourd'hui honoré par sa propre statue - auraient mérité, pour les mêmes raisons, eux-aussi la disgrâce sans espoir de pardon.

 

Précisément ce qui fait de lui un grand homme, c'est bien qu'à l'hypocrisie sournoise, la lâcheté ordinaire et le renoncement complice - autant de maux qui font désormais le quotidien de notre club depuis trop longtemps - lui préféra toujours la droiture et la franchise, le respect de la parole donnée, et l'ambition mobilisatrice du visionnaire qu'il fut.

 

Bien sûr je vous parle d'un temps où les Girondins tutoyaient souvent les sommets et touchaient parfois les étoiles... D'un temps oublié où le public se pressait aux grilles du stade pour assister à un vrai spectacle, joué par de vrais acteurs, du Président jusqu'à ses joueurs. Ses « Seigneurs » comme il aimait à les nommer...

C'était il y a bien longtemps, c'est vrai, et les plus jeunes parmi vous ne peuvent qu'imaginer, à défaut de se souvenir.

Une époque où le mot « passions » s'écrivait au pluriel et se conjuguait à tous ses sens.

 

Cet homme singulier nous a donc quitté le mardi 26 janvier 1999. D'une crise cardiaque.

 

Ainsi, celui qui donna son âme pour « son » club Marine et Blanc, lui sacrifia jusqu'à sa vie même. Il périt brusquement par ce qui fit pourtant toujours sa force : son cœur.

Banni, reclus, seul et éloigné de l'objet de son affection, celui-ci préféra assurément cesser de battre pour ne plus tant souffrir du poids de l'absence.

 

C'est en pensant souvent à cet homme et au souvenir qu'il a laissé dans nos mémoires que je me suis engagé dans le combat que je mène aujourd'hui à vos côtés. Avec la ferme intention de rendre sa voix et sa place au grand public des supporters du FCGB, mais aussi et toujours dans l'espoir de voir enfin renaître les valeurs cardinales d'honneur, de fierté et d'ambition auxquelles la présidence et les joueurs actuels ont depuis longtemps renoncé...

 

Je ne connaissais pas cet homme personnellement, mais il était sans conteste éperdument et sincèrement passionné. Je ne sais pas davantage si notre projet réussira. Mais je suis sûr au moins d'une chose : lui n'aurait jamais cesser de batailler pour défendre ses idées. Sans jamais faiblir. Et il n'est pas dans mes intentions de trahir en cela sa mémoire.

 

A un moment de notre histoire où d'aucuns feignent de découvrir le sens des mots « honneur », « courage » et « engagement », je dis que cet homme qui incarna ces valeurs toute sa vie mérite notre plus grand respect.

 

Désormais, au mépris de l'ostracisme que beaucoup de bien-pensants hypocrites lui destinaient pour unique sépulture, tous les supporters des Girondins peuvent fièrement revendiquer son héritage.

 

Reconnaître enfin ses mérites et considérer tout ce que le football lui doit. Aussi réunir le peuple des Girondins autour de son souvenir et inviter chacun à réfléchir sur son action.

C'est là, je crois, la façon la plus juste d'honorer cet homme et de perpétuer ainsi la mémoire du seul « vrai » Président du FC Girondins de Bordeaux.

 

J'ai nommé Monsieur Claude BEZ.

 

( Paix à son âme et pensées respectueuses à sa famille.

Christian Alvarez. )



04/02/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres