communaute-renouveau-fcgb

communaute-renouveau-fcgb

La Ligue et les errements du football français : les supporters à nouveau victimes...

Amis supporters.

 

Ainsi la Ligue de Football Professionnel (LFP), en cela complice des diffuseurs, a-t'elle décidé de contrarier les intentions festives et bonhommes des ULTRAMARINES BORDEAUX 1987 d'organiser une grande célébration populaire à l'occasion des adieux définitifs du FCGB à son stade, son berceau, le Parc Lescure.

 

Bien plus qu'une attitude souveraine et autocratique visant à démontrer de la pire des manières qui soit son autorité et sa prédominance supposées sur les organisations de supporters, cette décision fait la démonstration désolante du mépris ostensiblement affiché par Monsieur Thiriez à l'endroit du peuple des tribunes populaires. Réunissant tous les symboles du plus ordinaire et condamnable des abus de pouvoir, la LFP et son représentant, associés aux diffuseurs et grands argentiers du football français, apportent ainsi collectivement la preuve que notre championnat est en effet bien malade.

 

L'incohérence de telles décisions, aussi inattendues que volontairement provocatrices, ne fait que mettre en lumière la cause réelle de cette lente agonie de la France du football. La source de l'infection qui sournoisement atteint jusqu'à la passion qui longtemps nous a animés pour ce sport est évidente. En effet le trop grand déséquilibre qui domine la balance des pouvoirs entre les instances professionnelles et les clubs d'une part et le grand public des supporters d'autre part est à l'origine des maux et des dysfonctionnements dont l'épisode qui oppose les ULTRAS bordelais à la Ligue n'est que l'une des nombreuses manifestations. D'ailleurs, j'ai toujours très clairement exprimé et précisé ce point de vue à l'occasion de mes travaux sur le projet d'actionnariat populaire au FCGB.

 

A la veille de notre Assemblée Générale Constitutive du 2 mai (//goo.gl/fsWuO3), il est utile de rappeler que le projet que je porte pour les Girondins vise précisément à rendre à la collectivité de tous les supporters - réunis - le pouvoir qui lui revient de droit. Ce pouvoir de consultation et d'action que les clubs et les instances professionnelles n'ont eu de cesse de contester et de réduire, jusqu'à ce que finalement il n'en reste plus rien et que notre liberté d'expression soit peu à peu étouffée. C'est pourquoi le choix de la LFP, si il ne devait pas être corrigé au plus vite, symboliserait rien moins qu'une attitude volontairement méprisante, non seulement irrespectueuse du public et du club historique des Girondins de Bordeaux, mais surtout particulièrement irresponsable car susceptible de conduire à une crispation autant qu'à une radicalisation des positions de chacun. Ainsi non seulement rien de bon ne peut advenir de cette décision, mais elle traduit de surcroît un manque total de maîtrise de la part des instances dirigeantes du football. Avec ce triste épisode de report de match, la Ligue manquerait une nouvelle fois l'occasion de gagner en respectabilité autant qu'en honorabilité. Deux valeurs dont l'absence se fait cruellement sentir désormais et que Monsieur THIRIEZ personnalise à lui-seul par son attitude, affichée notamment lors de la récente finale de la Coupe de la Ligue.

 

Maintenant il ne tient qu'à lui, avec les diffuseurs, de me démentir. Ce dont je pourrais même me réjouir. Au moins ponctuellement.

 

Par ailleurs vous le savez, j'avais eu l'occasion de vous en faire part dans l'un de mes posts il y a quelques mois de cela, les premières approches de l'un des représentants des ULTRAMARINES à l'endroit de notre projet d'association n'était pas des plus courtoises et bienveillantes. C'est un euphémisme. Pourtant j'ai toujours considéré et répété que de mon point de vue cette attitude de défiance hostile ne reflétait en rien la position collective du groupe des ULTRAMARINES, mais ne trahissait que l'attitude malintentionnée d'un individu isolé.

 

C'est pourquoi, à la conclusion des remarques et des constats que je dresse ici, j'apporte tout mon soutien au groupe des ULTRAMARINES BORDEAUX 1987 dans les revendications qu'ils portent et dans l'objectif qu'ils visent de voir modifiée la date du dernier match des Girondins à Lescure. Bien entendu je ne cautionnerai ni n'inciterai jamais aucun débordement ou manifestation d'hostilité et de violence sous quelque forme que ce soit et qui pourraient éventuellement advenir. Mais à l'exception de ces réserves indispensables, je milite moi-aussi pour que puissent se dérouler en toute quiétude les festivités préparées depuis de longs mois par les ULTRAS et, qui plus est, validées récemment par les autorités compétentes en matière de sécurité. Seule la fête et des adieux tout à la fois joyeux et empreints de nostalgie doivent dominer à cette occasion. Car le club, et je précise bien le club de toutes époques - à distinguer de sa Direction et de son président actuels - mérite que ses supporters soient libres de célébrer ce moment de communion populaire. Parce que les origines du football, à Bordeaux comme ailleurs, sont et doivent demeurer "populaires".

 

Je ne sais si ce message parviendra jusqu'aux oreilles des représentants du groupe des ULTRAMARINES BORDEAUX 1987, mais je leur souhaite de tout coeur d'obtenir satisfaction.
Pour le bien commun.

 

Cordialement,
Christian ALVAREZ.



24/04/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres